Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Batinmonde
  • Batinmonde
  • : Un blog spécial. Il offre des informations d'actualité et des informations culturelles: l'Afrique la belle, le Burkina Faso, les Lyèla. Vous y lisez aussi de beaux poèmes et des pensées théologiques et philosophiques. Une petite note aussi sur la musique traditionnelle. Voila ce que c'est que le Monde de Batin.Celui qui voudrait une autre information me contacte au mail: batinmusique@gmail.com
  • Contact

La Vérité vous rendra libres!

Rechercher

Prière pour mes internautes

Pour vous mes chers amis :


Dieu notre bon Père, je te demande de bénir mes ami(e)s, parents, frères et soeurs, mes collaborateurs et tous ceux et celles qui lisent ceci maintenant.
Montre-leur une nouvelle révélation de ton Amour et de ton Pouvoir. Ainsi
soit-il !

Pour vous

26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 17:52
Bon Carême !

Voici le temps favorable !

Published by Batin
commenter cet article
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 23:22

Homélie du 1er dimanche de l’Avent

Rennes le 29 novembre 2015

« Chaque chose en son temps, les navets et les choux pour le mois de l'Avent » dit un adage français. Hé bien, le temps Ordinaire est parti. Et il est parti emportant toute l’année liturgique B avec lui. S’ouvre alors aujourd’hui pour nous un nouveau temps, celui de l’Avent. L’Avent qui apporte avec lui une nouvelle année liturgique C. Bienvenu à l’année liturgique C et bienvenu à l’Avent 2015.

L’Avent, du Latin « adventus » signifie « venue » « avènement ». C’est le temps de la préparation de tous les chrétiens et les hommes de bonne volonté à l’accueil du Christ « Dieu avec nous » qui vient à Noël ! L’Avent nous rappelle que Jésus vient dans notre monde de la même façon que tous les autres hommes, à partir d’une femme. L’Avent nous rappelle une chose très importante : la rupture avec ce qui est passé, le vieux, le mauvais. S’ouvrent des aires nouvelles de Justice, de Paix, d’Equité, d’Amour et de Grandeur.

4 dimanches vont nous conduire à Noël pendant ce temps de l’Avent. Un sens au chiffre 4 ? C’est un temps de préparation. Avant Pâques, on parlera tout simplement de carême ! Et la couleur de la préparation est bien le violet. Le Premier dimanche symbolise le pardon accordé à Adam et Eve. Le Deuxième dimanche symbolise la foi des Patriarches en la Terre Promise. Le Troisième dimanche symbolise la joie de David célébrant l’Alliance avec Dieu. Et le Quatrième dimanche symbolise la justice et la paix enseignées par les prophètes. Pour matérialiser cette graduation, on a la tradition des quatre bougies que l’on allume au fur et à mesure chaque dimanche de l’Avent.

Les français disent encore cet adage : « Tel Avent, tel Printemps ! » Hé bien, la couleur de nos villes nous rappelle sans conteste le temps de l’Avent. Même ceux qui ne croient pas en Dieu habillent leur commercent de ces couleurs. Dans nos rues, plusieurs pratiques doivent nous aider à rentrer véritablement dans le temps de l’Avent. Avent comme préparation à la venue du Roi Messie :

*Marchés de Noël

*Crèches dans toutes les boutiques ; *Les sapins et les guirlandes diverses

*Toutes les représentations du père Noël ; *Les vacances de Noël qui se préparent bien à l’avance ; *Les programmes pour se retrouver en familles… et j’en passe !

Dans tout cela, ce qu’il ne faut pas louper, c’est ceci : la dimension du cœur !

Le Seigneur vient. Préparez-lui le chemin : Combler les ravins, abaissez les collines…

Alors Noël sera non seulement un temps de fête, mais un temps de paix du cœur !

Que le Seigneur nous accorde cette paix du Cœur ! Amen.

Published by Batin
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 23:42
Au bord de la mer
Au bord de la mer

Au bord de la mer côté Dinard

Published by Batin
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 23:23
Au bord de la mer
Au bord de la mer

Dimanche 15 novembre 2015, après une rencontre très fraternelle avec mon oncle Pascal BADO et sa famille à Bédé, j'ai eu la joie de découvrir la magnifique bordure de la mer du côté de Dinard.

Alors que le soleil se hâtait pour se coucher, nous avons eu droit à une magnifique vue d'ensemble!

Published by Batin
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 12:00
Visage
Visage

Bénédiction à tous mes fans !

Published by Batin
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 14:04

Noel-batin-2015.jpg

Published by Batin - dans Nouvelles
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 23:26
(Cassez-vous les méninges, réfléchissez comme les Lyèla et essayez de trouver la réponse juste)
 
5. Il y a un pays dans lequel, quand vous saluez les vivants, ils ne vous répondent pas ; mais quand vous saluez les morts, ils vous répondent. Quel est ce pays ?
(Proposez votre réponse dans la rubrique «Ajouter un commentaire » sous cet article)

La réponse         Voir les autres devinettes

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 15:33

 Valeur de grand'mère!

Il y a longtemps, très longtemps longtemps et longtemps encore, quand le grand'père du grand'père de mon grand'père n'avait de caleçon que son cache-sexe fait de douces feuilles de la plante appelée ''oreilles d'éléphant'', vivait un jeune orphelin dans un village. Ce village était loin, loin, loin là-bas où on ne peut marcher et arriver en sept jours successifs. Ce village était réputé pour sa nature captivante et riche en gibier. C'est pourquoi, cet orphelin vivait là, avec sa grand'mère. Son père qui était chasseur dans le temps a été dévoré par un lion affamé qui l'a surpris de dos dans les broussailles. Sa mère, inconsolable du décès de son mari, pleura jusqu'à avoir une inflammation à la gorge. L'inflammation grossit et le cou de sa mère pourrit; elle mourût aussi. Dieu faisant bien les choses, la maman de son père et donc sa grand'mère vivait avec eux. C'est elle qui est restée pour lui l'unique personne de sa famille.

Le jeune orphelin avait le même goût de la chasse que son père. Sa grand'mère, cette femme douée dans la recherche des chiens chasseurs lui chercha sept chiens, qui, chaque jour l'accompagnent à la chasse. Il nomma le premier ''flair''; il nomma le second ''chemin''; il nomma le troisième ''grimpeur'' ; il nomma le quatrième ''décrocheur''; il nomma le cinquième ''attrapeur''; le sixième, il le nomma ''tueur'' et le septième ''transporteur''.

Grâce à ces chiens, le jeune orphelin était devenu le plus grand et le plus respectueux des chasseurs de tout le royaume. Mais, voilà; il grandissait, devenait de plus en plus beau et fort. Il se dit à lui-même un jour: "je n'épouserai qu'une belle fille sur laquelle il n'existe aucune traces " c'est-à-dire une fille dont le corps est tout lisse tout à fait comme elle est sortie du ventre de sa mère". Il se mit donc à chercher dans le village, l'heureuse âme-soeur! Deux ans passèrent, et il n'en trouva pas. Deux autres et trois autres passèrent et il n'en trouva pas. Sa vieille grand'mère qui tenait à voir un de ses neveux avant de mourir lui conseilla une gentille fille qu'elle connaît personnellement; mais son petit-fils ne voulut pas de celle-là. Il décida alors d'aller dans un autre village pour chercher l'âme-soeur voulue. En chemin, il rencontra une fille, très belle, teint clair, élancée et à l'allure de peuhl. Elle était si bien faite que notre jeune-homme faillit croire au rêve. Devant cette merveille, il ne devait pas perdre son temps, il fallait qu'il pose tout de suite sa candidature.

Après les salutations d'usage, notre jeune et beau chasseur exprima le contenu de son coeur à la belle dulcinée. Mais elle l'invita chez elle à la maison. C'était une princesse et son père avait lancé un défi à qui voudrait bien en faire son épouse. Il faut donc que notre jeune homme subisse cette épreuve. L'épreuve consistait à aller de nuit à la chasse, pour tuer la vieille panthère furieuse et affamée qui se trouve dans le bosquet le plus touffu du village située à 15km du village.

Il était le plus grand chasseur; alors la chose fut faite la nuit-même. Tous les habitants furent surpris, eux qui ont tenté maintes fois et souvent en groupe, de tuer cette panthère en vain. Notre jeune, avec joie, tenait enfin, ce qui lui tenait le plus à coeur. Il retourna chez lui au village avec sa nouvelle femme sans pareille dans son village.

Il constata après quelques instants, une fois à la maison, que sa nouvelle femme n'aime pas sa grand'mère. La seule qui lui restait de sa famille devait loger à l'extérieur de la cour s'il tenait à sa princesse. Et comme l'amour aveugle, notre ami s'exécuta le lendemain et fit construire une bicoque à sa vieille gran'mère, hors de la cour en lui disant: ''toi, tu as fini de vivre; en attendant ta mort, laisse-nous faire notre vie''. La vieille accepta son sort. Au fur et à mesure que le temps passait, notre jeune orphelin se rendit compte que sa femme ne mange que la viande de chien. Il se fit donc l'obligation de lui en offrir tous les jours, jusqu'au jour où, ayant fini d'acheter tous les chiens du village, elle exigea qu'il tue l'un de ces chiens chasseurs s'il tenait à elle. La vieille grand'mère qui a surpris la requête de sa brue appela son petit-fils et lui demanda de refuser. Comme au moment où elle a été mise à la porte, son petit-fils ne l'écouta pas. Il tua ''flair''. Ensuite, ''chemin'', ensuite ''grimpeur'' et ainsi de suite, tous ses sept chiens.

Tous les chiens du village étant morts et passés dans la marmite de notre belle jeune femme, notre ami devrait faire maintenant des distances pour aller chercher dans d'autres villages, des chiens. C'est ainsi, qu'un jour, voulant aller dans le village le plus loin de son royaume où il n'était pas encore allé depuis sa naissance, que sa dulcinée proposa de l'accompagner. Il en était tellement heureux, heureux de marcher à côté d'elle. Il ne sentira même pas la distance. La jeune femme qui dit connaître ce village se mit devant et ils marchèrent, marchèrent et marchèrent encore! Deux semaines, trois semaines et ils marchaient toujours. L'univers dans lequel il était lui était complètement inconnu et si on lui disait de rebourser chemin tout seul, il ne pourrait plus retrouver son village. C'est alors qu'ils arrivèrent près d'un arbre de haute taille, ils voulurent se reposer sous son ombre. Ils étaient exténués par la faim et la soif. Tout en étant étendus sous l'arbre, ils aperçurent un fruit au plus haut de la pointe de l'arbre. La dulcinée demanda à son mari de monter lui cueillir ce fruit si désirable. Il s'exécuta sans réfléchir. Il monta, monta et monta encore. Plus il montait, on dirait que le fruit s'éloigne. Quand il parvint au sommet et attrapa le fuit, il le cueillit et le mit dans sa poche. En jettant un coup d'oeil au sol, il s'aperçu que sa belle dulcinée, devenue un énorme serpent, s'est mise à grimper à sa suite pour l'avaler. En fait, la jeune femme était le génie le plus méchant de la brousse qui s'était faite si belle pour l'avoir et il était tombé dans son piège. Ebahi et ahuri devant ce spectacle, il sortit sa flûte et se mit à appeler ses chiens chasseurs: ''flair'', ''chemin'', ''grimpeur'', ''décrocheur'',''attrapeur'', ''tueur'' et ''transporteur''. Il siffla plus fort, fort et fort. C'est ainsi qu'il faisait chaque fois qu'il avait besoin de ses chiens chasseurs. Le serpent montait toujours à sa suite, montait, montait... Il avait oublié qu'il a tué tous ses chiens pour elle, malgré la mise en garde de sa grand'mère. Il se mis à pleurer sa mort prochaine; il pleura et pleura amèrement...

Relevant la tête, il vit au loin, une fine poussière, soulevée par une file de chiens chasseurs, c'était ses chiens qui venaient à son secours. Il siffla alors de nouveau de sa flûte, et en un temps reccord, la cohorte de ses chiens arriva au pied de l'arbre. En fait, sa vieille grand'mère qui était la sorcière-de-Dieu la plus prestidigitatrice du village rassemblait les os de ses chiens chasseurs, chaque fois que la jeune femme finissait de manger leur viande. Et elle les plaçait dans un coin de sa case magique. Quand son petit-fils appela instinctivement ses chiens, elle comprit bien qu'étant très loin, que celui-ci avait un grand problème. Elle sortit les os, les mis en tas; fit quelques incantations et mis de la poudre magique sur les os des chiens chasseurs que sa fameuse brue avait fini de manger. Elle souffla légèrement sur les os qui redevinrent des chiens. Ils entendirent aussi l'appel très lointain de leur maître. Ils se mirent en route et à grande vitesse, allèrent pour sauver ce dernier. Ce fut ''flair'' qui trouva la direction et la montra aux autres. ''Chemin'' montra le chemin le plus court, et les voilà déjà sur les lieux.  ''Grimpeur'' s'exécuta avec ''décrocheur''. ''Décrocheur'' aidé par ''grimpeur'' décrochèrent le fameux et énorme serpent aux trois yeux rouges. Alors, ''attrapeur'' immobilisa la bête devenue furieuse et ''tueur'', avec habileté et d'un coup fort, mis ses crocs dans le cou et en profondeur dans tout le corps du fameux serpent qui s'écroula avec un grand cri strident à faire lever tous les oiseaux des environs. "Transporteur" devait faire tout son possible pour que les villageois voient l'énorme serpent, et que la leçon qui suive trouve d'elle-même sa raison:

Les jeunes de maintenant, comme on dit bien chez nous les Lyèla, croient se suffire à eux-mêmes surtout quand ils deviennent influents. Ils n'écoutent plus les vieilles personnes et font tout à leur guise. Et pourtant, les vieilles personnes sont et seront toujours leur salut. Finalement, Grand'Mère a de la valeur!

Published by Augustin BASSOLE - dans Contes lyèl
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 12:52

 

C’est un bout d’homme haut à peine d’un mètre

Trapu, barbu tout cousu dans un boubou de tissu

Parmi ses paires d’un coup se fait si piètre

Court le courtaud  était court comme nu !

 

Quand on lui indiquait la lune avec la main

Il regardait longuement le bout du doigt

Il bouillait ses habits pour tuer ses poux enfin

De lui-même il n’a jamais eu le choix !

 

Notre bonhomme mangeait avec ses ongles

S’asseyait à même le sol même quand on lui apporte une chaise

Il se plaisait à suivre les petits espiègles

Il  dort où le sommeil le prend et à l’aise !

 

Il se plait à baragouiner du charabia

Et quand on se moque de lui il est heureux

Il tremble quand menace n’importe quelle voix

Courtaud le court était vraiment un « courtaud » !

Published by Batin - dans Poésie
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 12:39

Encore une histoire de Couse Brigitte!

 

class-de-papa-1.jpg

Libres propos

Chez les Lyèla, le nom de Famille est donné à l'intéressé qui le porte suivant son genre. Autrement dit, si c'est un garçon on met le préfixe "Ba" à son son Nom et si c'est une fille, c'est le préfixe "Kan". En fait, "Ba" vient de "Bal = homme" et "Kan" vient de "Kan = femme". Exemple: Moi je suis un homme mon NOM est BASSOLE et mes soeurs portent le NOM KANSOLE. Je suis "Homme-SOLE" et elles sont "Femmes-SOLE". La grande famille est appelée SOLE ou SOLE-LYI-DWI; et non BASSOLE comme beaucoup le pensent malheureusement au Burkina.

<? $ban = implode("",file("http://www.refsolution.com/lien/gratuit.php?site=parois<? $ban = implode(